Merci moi !

Humeur, Lifestyle

Hello ! 

Tellement bizarre d’écrire ici. Je ne suis plus régulière ici, mais ma vie est une folie en ce moment, mon besoin d’écrire n’est plus vraiment présent. 

Je suis très heureuse actuellement et étaler mon bonheur n’est pas quelque chose que je trouve important sur mon blog. J’ai ouvert ce blog pour m’occuper l’esprit, inconsciemment je voulais qu’on s’intéresse à mon malheur, à mon histoire. Aujourd’hui, je suis entourée par des personnes géniales. Avoir fais le choix de me réorienter était probablement l’un des meilleurs de ma petite vie. Le format école me correspond beaucoup plus. J’ai rencontré tellement de gens depuis fin septembre qu’il m’arrive même de ne plus me rappeler les prénoms de tout le monde. Je ne parle pas d’amis mais de connaissance, de gens avec qui je bois un verre après les cours, avec qui je parle de tout et de rien, de gens avec qui je peux être moi même. 

Je ne pensais pas être si heureuse si rapidement. Cette, j’ai fais un énorme travail psychologique mais j’ai aussi beaucoup changé. Je suis devenue la femme que je voulais être. Les gens que je connaissais depuis la primaire me ralentissait dans ce processus parce que j’avais peur de leur avis sur mon changement. Aujourd’hui, je m’en fous, je ne cache plus ma personnalité. On m’aime où pas mais ça m’importe peu. Je vis pour moi. Je sais que mes parents ont un peu de mal avec cette façon de penser mais je vais leur prouver que c’est ça qui m’a sauvé. 

La seule chose qui pourrait me rendre plus heureuse c’est de perdre mes kilos pris depuis mon épisode dépressif. Un jour, j’y arriverai ! 

Je suis heureuse et fière de l’être. Le bonheur est jamais loin, il faut juste savoir passer au dessus de nos problèmes. Il n’y pas de solutions miracle. Ce qui a fonctionné pour moi ne peut ne pas vous convenir mais réfléchir sur soi et la meilleure chose à faire. Seul nous même peut nous aider. 

Bonne journée, j’espère que vous allez bien ♡. 

Publicités

Mon expérience psy ⌫

Humeur, Lifestyle

Hello !

Depuis 1an, je vois une psy. Tout a commencé quand j’ai explosé en vacances avec des (ex)amis. J’ai complètement lâcher prise là bas en pensant que j’aurais du soutiens, mais de leurs mots je n’ai fait que gâcher les vacances parce qu’il a fallu qu’on rentre plus tôt. C’est à ce moment que j’ai décidé de voir quelqu’un, de pouvoir raconter à quelqu’un à quel point j’étais mal depuis que ma maman était malade et que j’avais tenu encore et encore mais que je ne pouvais plus.

0b11175ffd8077ecb64f069185981a58

Les premiers contacts ce sont plutôt bien passés. Je passais mes séances à pleurer et à parler de ma mère et un jour elle m’a dit « Si on parlait de vous maintenant ? ». Au début, je ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire par là, pour moi je parlais de moi. J’avais complètement disparu sous la peur pour ma mère. Si vous ne me suivez pas depuis longtemps, ma mère fait une dépression très sévère avec beaucoup trop de séjour à l’hôpital. Elle est et sera dépressive à vie, même s’il y a des moments mieux que d’autres je sais que parfois elle touchera le fond mais je serais la pour elle car maintenant je sais me protéger.

Ma psy m’a aidé à me retrouver, retrouver ma personnalité, mes envies, au début j’avoue que j’étais constamment dans l’excès. Je ne m’étais rien autoriser pendant 1 an. Quand je décidais de sortir je me mettais facilement en danger pour sentir cette adrénaline qui me faisait tant de bien. Plus j’avançais moins je réagissais dans l’extrême. Je ne sais pas vraiment quel mot utiliser pour dire que je me suis retrouvée. J’ai suivi les conseils de ma psy, je me suis remise en question de nombreuses fois, j’ai pardonné, peut-être la clef pour trouver la paix avec son esprit. J’ai pardonné à ma maman, à mes (ex)amis, à ma soeur, même aux gens qui ne me comprenaient. Quand on ne vit pas avec une personne dépressive on ne comprend pas que tout est sensible et que la corde sur laquelle elle se trouve peut céder à tout moment.

Aujourd’hui, je suis toujours sous traitement, ça ne s’arrête pas comme ça. Je ne suis pas contre les médicaments mais j’étais sceptique face aux anti-dépresseurs. Aujourd’hui, je peux dire que sans ça, même si ce n’est que psychologique je ne pense pas que j’aurais avancé si vite. Je vais diminuer progressivement. J’ai encore quelques pensées à régler, le temps aidera.

large

Je peux dire que je suis heureuse là maintenant et pourtant ma vie n’est pas rose, elle est comme celle de tout le monde, la maladie de ma maman est toujours là quelque part, ma peur aussi mais je sais la gérer à présent. Je ne dis pas que je suis plus forte moralement qu’avant mais je connais ma limite et ne la franchirait plus jamais. J’appris à compter sur moi et ne rien attendre des autres. Ma force c’est moi.

Pendant, toute cette période j’ai dû faire des sacrifices mais je ne les regrette pas. Ils m’ont conduit dans une belle période. Je vais tout faire pour me bouger et obtenir ce que je veux.

Bonne semaine ♡

Nouveau départ.

Lifestyle

Pour certains aujourd’hui c’est la rentrée. La mienne est bien plus tard et surtout je n’ai toujours pas trouvé mon alternance. Je suis toujours pas fixée de savoir si je vais faire mon année en alternance ou en formule classique. Ne pas l’avoir casserait mon rêve d’indépendance mais surtout ça obligerait mes parents à payer l’école. Je n’ai pas lâché l’affaire mais les offres se font de moins en moins nombreuses.

large

Ça me décourage et en même je me demande si je suis prête à suivre un rythme aussi intense. Est-ce que je suis prête émotionnellement ? Est-ce que je ne vais pas craquer face à ce changement radical ? Je suis persuadé que non, mais je l’étais aussi il y a plus d’un an.

Il me reste plus d’un mois pour me préparer à tout ça. Depuis que je suis rentrée de vacances il y a deux jours, je m’ennuie énormément et en même temps je ne me bouge pas beaucoup, j’espère que ça passera.

Cette année scolaire va être une année de changement. J’espère que je m’en demande pas trop. J’ai réellement besoin de trouver un soutien émotionnellement permanent autre que ma famille. J’espère que dans ma nouvelle école je fais faire de nouvelles rencontres amicales et trouver ce soutien dont j’ai temps besoin, ce désir que quelqu’un tienne à moi comme je peux tenir à ma famille m’obsède. Mes amis d’enfances ne me suffisent plus, quand je dis ça jeu trouve dure mais c’est la vérité. Ils ont trop merdé l’année dernière pour que j’ai une totale confiance en eux.

0b11175ffd8077ecb64f069185981a58

Avec cette rentrée, je veux un nouveau départ.

 

La maison du bonheur ♡

Humeur, Lifestyle

Mes vacances me fond le plus grand bien. Je pars bientôt de mon petit endroit de bonheur pour en retrouver un que je ne connais pas encore. Mais ici, les vacances sont différentes. C’est une maison dans laquelle j’ai grandi plus jeune, où mes grands-parents étaient là et aujourd’hui après de longues années de deuils, la maison nous ressemble plus mais elle a gardé tous nos souvenirs et surtout leur présence. C’est étonnant comme situation, je suis vraiment en vacances mais surtout je suis chez moi, je connais tout par coeur. Je souhaite à tout le monde d’avoir un lieu aussi enrichissant dans leur vie.

Ici, je suis heureuse et je n’ai pas peur de m’y retrouver seule ou de m’ennuyer. J’appréhende mon retour à Paris, mais tout à une fin et j’essaye de voir le côté positif : une nouvelle année scolaire dans un nouveau lieu, un nouvel apprentissage. Avant de rentrer à la maison, je pars en Grèce j’espère m’y sentir bien et ne pas me prendre la tête.

Cette coupure de quelques semaines avec ma maman me font le plus grand bien, j’avais besoin de me retrouver seule, ne pas avoir à m’inquiéter, être libre d’esprit. J’ai réussi à me défaire de la mauvaise attention que je lui portais depuis qu’elle est malade. J’ai hâte de raconter mon ressenti à ma psy. J’espère qu’elle me dira que je suis sur la bonne voie.

Et vous ? Des vacances ? Du boulot ? Du bonheur ?

Humeur

Hier, j’ai commencé mes vacances. Un mois que pour moi. Un mois de plage. Un mois de bonheur. Je viens d’arriver dans ma maison de famille. Cette maison m’a toujours donné un bonheur indescriptible ♡.

IMG_5562

La fin d’un week-end

Humeur, Lifestyle

Des semaines que je suis pas venue ici, que je n’ai pas écris.

J’ai été débordé, exténué, flemmarde, perdu, heureuse et malheureuse.

Aujourd’hui, je rentre d’un week-end génial à la mer chez la famille. Une vraie bouffée d’air frais. Juste ce que j’avais besoin.

Évidemment maintenant que je rentre tout vas mal, après l’euphorie j’ai toujours une période creuse en moi. Ça m’a donné envie de venir ici, raconter tous les efforts que j’ai fais durant ces dernières semaines.

Parce que j’en ai fais des choses, j’ai eu un concours d’école de commerce, trouve un job d’été, renouer avec une amie qui m’avait brisé, j’ai passé des entretiens pour mon alternance, j’ai cru trouvé l’amour. J’ai tout simplement avancé.

Je me sens plus forte mais différente, moins confiante mais plus vivante.

J’ai aussi beaucoup abusé d’alcool, jusqu’à m’en faire peur, me mettre en danger. Je devais avoir besoin d’un déclic pour remonter.

Je suis heureuse mais ce soir je bad et j’appréhende ma semaine d’entretiens.

Je n’en vois plus le bout

Humeur

Je ne sais plus vers qui me tourner. Mes amis ont aussi leurs problèmes et j’en ai marre de me plaindre. Avec ma maman c’est pire que tout, on ne se comprend plus, passe notre temps à être en colère l’une et l’autre.

d4859f69a68cd854e0aac9465fe0804b

Je n’ai envie de rien faire mais en même temps la situation m’ennuie bien. J’ai l’impression que ma maman m’a transmis toutes les mauvaises ondes que ma grand-mère lui avait transmis et que cela s’arrêtera jamais. Je suis en période dépressive et je ne veux plus l’accepter. Il m’est arrivé beaucoup de trucs trop cool depuis ces derniers mois pour que je plonge encore. C’était il y a à peine un an, c’est tellement fragile.

Depuis quelques semaines je fais tout pour avoir des problèmes, je ne le fais pas vraiment par envie, ce n’est que après que je me rencontre que ça va pas du tout. Je dirais que je fais tout ça parce que je suis malheureuse mais je n’arrive pas à l’exprimer autrement, j’ai même du mal à en parler à mes proches. J’ai l’impression d’avoir un problème avec le contrôle, par exemple quand je suis en soirée je fais tout pour perdre le contrôle, je n’ai jamais été aussi bourrée que dans mes dernières soirées. J’ai besoin d’être quelqu’un d’autre pour profiter. Quand j’analyse mon comportement je me dis que je suis vraiment entrain de me perdre, mon caractère change, ma personnalité aussi, même mon apparence, je ne suis plus comme avant et il faut que je m’y fasse, la maladie de ma maman m’aura changé à tout jamais parce que moi aussi je suis malade.

Des nouvelles

Lifestyle

Hello !

Je déserte grave ici. J’avoue que je n’ai pas grand chose à raconter à part que ça ne va pas fort.

J’ai toujours les mêmes sentiments de mal être. Je me sens toujours différente des autres, en marge.

La seule différence c’est que je viens de comprendre que le seul moment où je me sens moi même à nouveau c’est quand je fais ce que j’aime. Ce week-end, je suis partie avec des amis. Ça été une déconnexion parfaite. Je me suis sentie moi. J’attendais beaucoup de ce week-end. Il m’a confirmé que je vais bien. C’est juste ma routine qui me barbe et me déprime. Je n’aime plus ce que je fais à la fac. Je me sens enfermée dans mon projet pro.

Je n’ai plus aucune envie de faire des efforts sur ce point. Mais je n’ai pas de plan b envisageable financièrement.

Ma recherche d’appartement est au point mort parce que c’est trop cher et parce que je ne veux pas que mon papa paye tout ça seul.

Mais en même temps j’ai tellement besoin de partir, d’avoir un endroit à moi.

Ce week-end une des copines qui étaient là m’a tiré les cartes. Je ne suis pas particulièrement friande de tout ça mais elle a proposé, j’avais peut-être besoin d’être rassurée.

Je l’ai été. Même si elle m’a annoncé que j’aurais une peine de coeur qui pourrait s’arranger et d’autres choses.

Ce matin je vais à la fac à reculons entre la grève et mon contrôle de ce matin, rien ne me donne envie. Mais j’y vais.

Cent pas en arrière

Humeur

5bcf92ee5a73a7f116a14c8f4f7a4b85

Je me sens terriblement mal. Je me sens angoissée, nulle, incompétente, mal aimée. Depuis plusieurs semaines, je n’avais pas ressentie ce sentiment à nouveau. Il ne m’avait pas manqué. Je suis consciente que ce sentiment n’est pas la réalité, c’est ce que je me fais croire, ce qu’on me fait croire.

Tout est partie, d’une mauvaise nouvelle, mon dossier pour Erasmus a été refusé. Ils ne m’ont donné aucune explication, un simple mail, plutôt violent d’ailleurs.

Et puis je me suis disputée avec ma mère à propos de mon projet de partir de la maison, me trouver un appartement. Elle ne comprend pas que je puisse plus vivre avec elle, que j’ai besoin de cette indépendance.

Et puis surtout, il y a cette histoire ou rien n’avance. Ce mec, qui me plaisait pas plus que ça au début, mais il est resté malgré tout. Je ne savais pas ce que je voulais mais il « attendait », toujours un message gentil, un mot pour moi, alors que j’étais vraiment pas cool. J’ai accepté petit à petit que notre relation change, et maintenant il s’éloigne, on ne se voit pas assez souvent, on n’arrive pas à trouver du temps pour se voir, plus lui, moi j’ai du temps. Je me sens un peu comme une merde, il s’est lassé de moi et c’est ma faute.

Mes projets perso et d’école sont tombés à l’eau cette semaine et ça fait mal. J’ai toujours autant de mal à parler avec mes potes de tout ce mal-être alors je me sens un peu seule dans tout ça, comme si personne ne comprenait.

Que faites-vous dans ce cas là ?